Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

Publié le 5 Novembre 2013

Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas eu de nouvelles, n'est-ce pas?

Du coup, ce n'est pas une image, mais tout un album grandiose qui nous est servi sur un grand plateau.

Place au photographe.

Place à la nature

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

"

Fin Juillet, voilà que je quitte ma plaine chérie pour rejoindre les crêtes Alpines ! Je suis à Chamonix, pour la première fois depuis des semaines, il y pleut, rendant toute escalade ou ascension impossible, du fait des risques de foudroiement en pleine voie…On va donc se réchauffer (et c’est peu dire) à l’ENSA…Ecole nationale de ski alpinisme, aux côtés des champions (on a donc l’air un peu ridicule mais bon, heureusement, il y règne un super état d’esprit donc ça va). Le lendemain, le ciel se dégage, et direction la mer de glace pour quelques escalades au piolet qui servent de tours de chauffe pour ce qui m’attend moi et ma seconde de cordée dans les jours à venir : un premier 4000, et pas des moindres puisque c’est du Mont Gran Paradiso dont on parle, en plein parc national du même nom, dans les Alpes italiennes…Un dénivelé supérieur à celui du Mont Blanc : plus de 2200m de dénivelé positif (en deux fois : 800 sur terre jusqu’au refuge par 40°, et 1400 sur glace et de nuit le lendemain), et la même broutille pour la descente, mais en une fois !

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

Le Mont Gran Paradiso, c’est le sommet du parc, celui qui attire tous les alpinistes du coin et d’Europe, il est le plus haut du massif homonyme, et d’ailleurs, le seul à dépasser les 4000 en toisant la Suisse, la France, et l’Italie qu’il domine depuis ses 4061 m !

Durant le séjour, je n’ai pas eu l’occasion d’approcher le parc national et sa faune sauvage réputée : on y croise sans difficultés renards, marmottes, chamois et bouquetins en foule, et occasionnellement des loups. C’est sans parler des oiseaux : les grands rapaces y abondent et la montagne est le royaume des corvidés : les chocards à bec jaune (au chant charmeur qui a tendance à nous éloigner des sentiers) y sont rois et côtoient leurs parents grands corbeaux et cousines craves à bec rouge. Je ne suis pas spécialiste, mais néanmoins, je sais que le parc fera le bonheur des botanistes qui sauront se perdre dans l’ivresses des tapis d’orchidées, et il sera de même pour les herpetos qui y trouveront assurément leur bonheur !

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

Pourquoi une telle explosion de vie me direz-vous ? Et bien parce que l’on parle là d’une des plus importantes réserves royales, où le roi Victor Emmanuel II aimait à venir traquer les bouquetins ou les loups pour s’offrir une descente de lit ou une parure murale à son image…Royale…Mais le souverain était aussi un visionnaire puisqu’en 1856, il invente la notion de réserve de protection (oui, le premier parc national, c’est en 1872 qu’il est créé, sur initiative du président Lincoln, et n’est autre que Yellowstone) : voyant les effectifs de bouquetins chuter, Victor Emmanuel décide dans l’intérêt général, d’accorder un statut privilégié au parc où la chasse est alors prohibée…Et c’est en 1922 que le parc reçoit le titre de parc national, jouxtant la Vanoise, protégée plus tardivement dans les années 60 !

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

Alors me voilà, dans ce cadre grandiose, et je vous l’assure, je me suis rarement senti si petit, dans cette vallée, au milieu des géants…

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

L’altitude évolue (vite), et les paysages changent, du tout au tout : de la forêt d’épineux dont le calme n’est troublé que par le frémissement des branches au dessus de nos têtes, aux pierraies, qui font le bonheur des marmottes et chocards, en passant par les lacs (froidissimes) d’altitude, où la boisson de le victoire rafraîchit bien vite pour finir par les crêtes glacées, qui dominent 3 pays et qui s’enflamment au lever du soleil…

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

La veille de l’ascension, c’est l’anxiété qui me ronge, tandis que ma seconde de cordée roupille d’un sommeil lourd et paisible…Et c’est à 3h du matin que le réveil sonne, pour qu’à 4h, casques sur la tête et baudriers serrés à n’en plus bouger, on décolle, sur des pents qui, de jour, m’auraient fait reculer, mon seul ami, là, c’est le piolet…Car non, mon guide avait décidé que je serai le seul dispensé de bâtons…Alors c’est parti, après 600 m de dénivelé, me voilà qui sort l’appareil, pour immortaliser les premières lumières sur la glace…Ô combien j’ai regretté cette initiative, qui m’a fait perdre toute ma précieuse eau pour la suite de l’ascension, soit 800 m sur des pentes incroyablement décourageantes, qui masquent le sommet, en 5 secondes de descentes sur le glace, je vois ma gourde me quitter pour aller m’observer 400 m plus bas…Mon guide aussi le voit, mais bon, ça n’a pas l’air de le préoccuper, ça le fait plutôt marrer même ! ;)

L’arrivée au sommet, c’est la jubilation, le plaisir d’avoir fini, de l’avoir fait, et un lever de soleil sur trois pays, ça vaut bien une sale blessure aux genoux non ?

Objectif Terre - Laurent Dumas nous revient du Paradis avec un grand P

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Compagnons de route, #A la croisée des arts

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article