Pour une rime de Singapour

Publié le 3 Décembre 2013

Marien Guillé a donné quelques nouvelles. De Singapour.

Il est dans un endroit qu'on n'aurait pas vraiment imaginé pour quelqu'un qui déclame des odes à la nature et déteste la chaleur.

Mais il s'est tellement approprié les lieux à sa manière qu'il donnerait presque envie de prendre le premier avion.

Personnellement, ce n'est pas ma destination favorite, mais j'imagine qu'elle en fait rêver plus d'un.

En tout cas, ça inspire Marien puisqu'il s'apprête à donner une représentation samedi qui vient :)

Pour une rime de Singapour

Et un récit de voyages, ça ne se refuse jamais!

"

Découvrir une ville, c’est toujours une façon de t’approprier un territoire, une façon de sentir ta présence dans un endroit où personne ne t’attend.

C’est flairer, renifler, fouiner comme les animaux à la recherche de l’intimité de ce territoire. C’est poser tes mains, ouvrir tes oreilles, fermer tes yeux, et respirer. Etre là. Ne rien faire qu’être là.

Habiter la présence. Le regard. Tu habites soudain tout ce qui s’ouvre en toi quand tes yeux se ferment et tout ce qui se trouve face à toi quand tu les ouvres.

Découvrir une ville, c’est habiter ce que tu vois et t’attendre à chaque coin de rue pour découvrir ce que ce territoire provoque en toi. Ce qu’il raconte sur ton territoire intime, à l’intérieur. Notre état d’âme.

C’est des allers-retours, des vas et viens, des façons élégantes de se perdre, c’est des odeurs à regarder, des inconnus à respirer, des recoins à scruter. Chaque endroit est digne d’émerveillement car c’est un espace de la terre que jamais une seule fois tu n’as foulé. C’est un endroit vierge de ta présence.

C’est de là que naît le poème, de la rencontre première et imprévue entre un mot et un autre. Le voyage naît ainsi également. Quand ton corps rencontre un autre corps, un autre lieu du monde pour la première fois. En ça, le voyage est poème et en ça le voyage est partout : au coin de ta rue lorsque tu y vas pour la première fois ou même lorsque tu y retournes un soir où l’ambiance est particulière comme jamais. Aussi bien qu’à 12000 kms de chez toi. Comme ici, à Singapour."...

Courrez voir son site, qui expose la suite de ses aventures et livre ses premiers écrits locaux.

Et puis écoutez ça.

Du lourd, du Tom Waits. Tout simplement

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Compagnons de route

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article