Le Combat ordinaire en bande dessinée

Publié le 31 Janvier 2014

Je ne parle pas ici d'une bande dessinée anecdotique. Le Combat ordinaire a reçu le prix d'Angoulême en 2004, et la série s'est vendue à des centaines de milliers d'exemplaires. Les adeptes de bande dessinée n'apprendront donc certainement pas grand chose. Mais les autres, qui y sont frileux, qui considèrent la BD comme une littérature jeunesse exclusivement, trouveront peut-être dans ce billet une raison de revoir leur jugement.

Le Combat ordinaire en bande dessinée

Moi qui ne lis pratiquement plus de BD et reste seulement dans le souvenir des Tintin, Astérix, Blake et Mortimer, je me suis rendue compte, avec ces quatre tomes écrits et dessinés par Manu Larcenet, que j'étais vraiment passée à côté du 9ème art (j'avais d'ailleurs le souvenir que la BD était le 8ème art, mais c'est en fait la télévision).

Le type, héros de la série, est un gars ordinaire, et correspondant à l'image que nous avons d'un type ordinaire dans la société moderne: indécis, hésitant lorsqu'il s'agit de "passer à l'étape suivante" dans la vie, à la recherche d'authenticité, de mémoire, et perdu face à un avenir qui paraît risqué sur bien des aspects, sombre sur d'autres.

Quelques planches pour évoquer les différents sentiments et les duos mis en avant:

- Sa relation amoureuse, qu'il a peur de voir évoluer

- Sa relation avec son frère, qui lui permet de garder un contact avec son côté insouciant

- Sa relation avec son père, qui perd la mémoire et qu'il n'a finalement jamais vraiment compris, ce qui le torture longtemps

- Sa relation avec le fameux monde "économico-politico-social". Le héros est guidé par certaines luttes, révolté devant des injustices, nostalgique, perdu, incertain...

Frangin-joint-gamin: le trio gagnant (pour garder les pieds sur terre finalement)

Frangin-joint-gamin: le trio gagnant (pour garder les pieds sur terre finalement)

Une des illustrations d'un questionnement du type: on a des convictions, des idées d'engagement lorsqu'on pense collectif. Mais si on regarde l'individualité, c'est plus compliqué

Une des illustrations d'un questionnement du type: on a des convictions, des idées d'engagement lorsqu'on pense collectif. Mais si on regarde l'individualité, c'est plus compliqué

Mon image (et citation) préférée, de par sa sobriété

Mon image (et citation) préférée, de par sa sobriété

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Commenter cet article