Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Publié le 30 Mai 2014

Cela fait un bail, mais celui qu'on peut presque appeler notre "envoyé spécial" a encore fait un tour dans les airs et voler avec des créatures splendides, dont son objectif a pu prendre quelques images.

Je vous laisse à son récit écossais et passionné, donc passionnant.

Pour les images, il m'a été très difficile de choisir. Je n'en ai enlevé que deux, qui ne sont pas moins belles mais qui recoupent (j'ai l'impression) ce que peuvent transmettre les autres.

De retour d'Écosse, aux origines de la folie.

La semaine dernière, j'atterris à Édimbourg, me voilà engagé dans un périple de 5 jours le long de la côte Nord Est de l'Angleterre.

Après un voyage semblant une éternité, j'arrive à Dunbar, village de pêcheurs au passé très liée à l'histoire de la couronne et paradoxalement, à l'identité écossaise très marquée. De fait, Dunbar a ceci de particulier que si l'on se promène sur ses plages de sable pas très blanc, que l'on laisse aller notre regard à l'insouciance, outre sur le regard quémandant des goélands (inconditionnellement) affamés et des braves écossais, nous tomberont à n'en pas douter sur l'île de Bass Rock, un caillou pas comme les autres au milieu de la mer du Nord. Depuis Dunbar, on comptera environ 45 minutes de navigation pour atteindre la plus belle île du monde, à la française: l'île de Bass.

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan
Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Cette île, elle n'est pas comme les autres, autrefois propriété de la couronne d'Angleterre (elle servi de prison aux ministres impliqués dans les querelles religieuses que l'on sait, la plupart n'y survécurent pas), ne nous appartient plus. C'est l'un des ces derniers bastions, très fermés, où la nature est seule reine. En effet, Bass Rock compte en pleine saison de reproduction pas moins de 80 000 fous de Bassan, le plus grand oiseau marin d'Europe, sans compter les goélands qui y abondent, les guillemots, et quelques mouettes tridactyles mais surtout et avant tout: pas d'Hommes, aucun.

A chacun de savoir que l'ornithologie est une science relativement ancienne, au moins vieille de 10 siècles pour l'Europe. Aussi, autrefois, l'appellation d'oye (autrement dit, d'oie) convenait à tout volatile caractérisé mais non identifié ! Il faut attendre quelques siècles pour que les premières descriptions se voulant techniques apparaissent.

Pour le fou de Bassan, les premiers écrits décrivent une colonie exceptionnelle de l'île de Bass, l'énigme de ce nom mystérieux qui leur a été donné est partiellement résolue...

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Le fou de Bassan c'est un oiseau unique, terriblement humain, incroyablement beau, d'une allure indescriptible en vol tant elle est frappante d'élégance. Athlète, le fou peut se rendre capable d'un voyage de 200km pour aller pêcher en période de nidification, en migration il couvre des distances 2 à 3 fois plus importantes...La vision d'un fou se détachant à l'horizon est probablement l'une des plus belles qui m'aient été offertes, et pour cause il se voit: le fou peut se targuer d'une envergure d'environ 1m80 pour presque un mètre de longueur. De telles proportions laisseraient supposer à chacun que l'animal serait lourd...Il n'en est rien, 2 à 3 kg tout au plus: il a les os creux pour l'aider à planer...Car c'est un planeur illustre le fou, doublé d'un plongeur dont la réputation n'est plus à faire.

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Ses yeux gris et cerclés de bleu, pareils aux pierres les plus précieuses qu'un esprit pourrait imaginer, sont incroyablement efficaces, alors sa méthode de pêche, c'est le plongeon, jusqu'à 110km/h lancé à pleine vitesse...Il faut ajouter que pour supporter un tel choc, au moment de l'impact, des sacs aériens prévus à cet effet entrent en jeu et servent d'amortisseurs à l'oiseau, qui ressort indemne du plongeon spectaculaire...C'est dire combien l'oiseau est bien conçu.

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

L'efficacité est incontestable, à une telle vitesse, les poissons (principalement harengs et sardines) sont assommés par dizaines, le fou peut alors s'emparer de ses proies et simplement les avaler: il remonte le bec vide et le ventre plein. En outre, le second mystère de ce nom énigmatique est résolu: un oiseau pêchant sans résultat, les pêcheurs auront pensé à un fou, un Sisyphe ailé...Le fou de Bassan...

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Si j'affectionne particulièrement le fou de bassan, ça n'est pas seulement pour son physique d'athlète, ou pour ses exploits, non, ce qu'il y a, c'est qu'il est magnifique à observer, terriblement humain, doux, attentionné, le regard perçant d'intelligence, sauf cas de force majeur, deux oiseaux resteront ensemble pour la vie.

Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan
Objectif Terre - En Ecosse, il n'y a pas que le Loch Ness: découverte du fou de Bassan

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Compagnons de route, #A la croisée des arts

Repost 0
Commenter cet article