En Amazon sur le monde du livre...

Publié le 21 Juillet 2014

Loin de moi l'idée d'être du côté du groupe Hachette. Il n'y a pas de situation tout blanc tout noir. Mais quand il y a un méchant dans l'histoire, il joue son rôle jusqu'au bout.

Amazon a souvent fait l'objet d'enquêtes et reportages sur ses pratiques sociales très discutables et ses choix fiscaux scandaleux.

Mais c'est sa politique commerciale qu'il faut dénoncer aujourd'hui, pour essayer de ne pas tomber dans un monopole absolu.

Amazon veut couler Hachette...

Un article explique le discrédit vécu par Hachette:

"Dans un premier temps le distributeur surfacture certains livres, oriente les clients vers d'autres auteurs et maisons d'édition et, si ceux-ci persistent à acheter un livre d'Hachette, les délais de livraison peuvent soudainement se rallonger de plusieurs semaines."

Un autre décrit l'étape suivante, franchie en juillet:

"La guerre commerciale que se livrent Amazon et Hachette aux Etats-Unis a franchi une nouvelle étape, mardi 8 juillet. Le géant de la distribution sur Internet a proposé aux auteurs publiant chez la filiale américaine de l'éditeur français de leur reverser la totalité des recettes des ventes de la version électronique de leurs livres. Amazon tente ainsi de mettre dans son camp les écrivains dans ce bras de fer entre les deux groupes qui dure depuis des mois.

Dans le cadre des traditionnelles négociations commerciales annuelles, Amazon essaye de faire pression sur Hachette pour obtenir de meilleures conditions tarifaires afin de dynamiser les ventes de livres électroniques."

... Pour mieux couler les écrivains derrière

Car oui, Amazon veut se mettre les auteurs dans la poche mais prépare un autre coup en douce (et concurrencera les autres acteurs qui ont eu cette idée avant):

"Amazon.com envisagerait de lancer un service d'abonnement illimité à ses livres, baptisés « Kindle Unlimited », du nom de sa liseuse, le tout pour 9.99 dollars par mois — soit l’équivalent de 7.38 euros —, selon le blog Gigaom."

Quid de la rémunération des écrivains?

J'adore la rhétorique employée par cet article...

"L'utilisateur pourra télécharger dix livres en même temps pour pouvoir commencer plusieurs ouvrages à la fois. Pour l'heure, Kindle Unlimited est réservé aux Etats-Unis, mais l'offre devrait s'étendre à d'autres pays très prochainement et très certainement la France. Si les 600 000 titres disponibles constituent une offre pléthorique, notez que tous les ouvrages numériques d'Amazon ne sont pas au rendez-vous. En effet, certains auteurs et éditeurs ont refusé de figurer dans l'offre de Kindle Unlimited, préférant vendre leurs ouvrages à l'unité pour engranger plus de recettes. Pas certain que le pari soit gagnant pour les écrivains les moins connus."

Quand on a une idée de bibliothèque illimitée, franchement, pourquoi pas. On pourrait presque dire que c'est de l'ordre de l'intérêt général. Mais si c'est Amazon qui le développe...

On risque ainsi de se retrouver dans un monopole très malsain

On dit qu'Amazon est en partie responsable de la chute de Virgin... Et cela fait des années que la Fnac rame, à cause des livraisons gratuites d'Amazon et des réductions très largement accordées sur les bouquins (de l'ordre de 5%).

On peut se dire que c'est bon pour le consommateur, mais c'est au détriment du fonctionnement auteur-éditeur-distributeur (je dis cela pour l'avoir vécu en direct) et cela sert un peu plus la corde autour du cou de nos libraires.

Alors la loi dite "anti-amazon" passe pour interdire les livraisons gratuites et les réductions qui entravent au principe du prix unique du livre.

Cool... Mais vu le résultat et le choix d'Amazon (passer le frais de port à 1 centime d'Euro), on peut commencer à mettre des fleurs sur une tombe pour la Fnac.

En Amazon sur le monde du livre...

Pour moi, Amazon est un Google amateur, qui monte dangereusement (et qui débouche de Google des ingénieurs de renom). Ce n'est pas seulement en tant qu'écrivaine que je me désole de cette tendance à l'effondrement des acteurs traditionnels du livre au profit d'un géant de la distribution qui ne sait parler que de logistique et de bénéfices, sans jouer les règles du jeu. C'est en tant que lectrice, et même, allant jusqu'au bout, en tant que citoyenne.

Si les pires pratiques capitalistes engendrent une situation monopolistique que personne ne peut contrôler, je me demande quel penseur économiste pourrait y trouver une légitimation quelconque...

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume, #Je prends ma plume...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article