L'Huma 4 - du soleil et de beaux discours pour (tenter de) rebondir

Publié le 15 Septembre 2014

L'Huma 4, parce que c'est la 4ème fois que je m'y rends (l'un des avantages d'habiter dans le coin). Depuis 2011 donc, il pleut une édition sur deux, et cette année était un bon cru. Le beau temps a ravivé les couleurs des visages qui n'avaient pas assez bronzé en août et réchauffé le coeur des militants.

L'Huma pour les animaux politiques

L'heure est au rassemblement des forces de gauche qui ne se reconnaissent pas dans le gouvernement et ce qu'il entreprend. De ce point de vue, ça a plutôt marché. On verra ce mardi 16 septembre ce que ça donnera concrètement et si les messages d'alertes seront matérialisés par des votes de défiance.

On peut ainsi dire que le festival était un bon baromètre, avec Cécile Duflot qui fait son entrée dans le festival au bras de Pierre Laurent (une future alliance EELV-PC?), la présence de socialistes frondeurs et un Mélenchon qui reçoit les hommages de Jérome Kerviel en tant que véritable pourfendeur de la finance telle qu'elle est aujourd'hui.

Côté politique internationale, c'est la Palestine qui était aux premières loges, logiquement (mais sans aucun débordement intempestif contre Israël). Et des prisonniers politiques comme Marwan Barghouti ont été largement soutenus par les intervenants et la foule.

Un village du livre réagencé

La littérature est chaque année importante. En plein dans la rentrée littéraire, il était question de présenter des romans, pas forcément dans les plus mis en avant par les grosses maisons d'édition, et très éclectiques.

Deux présentations ont été consacrés à une dizaine de premiers romans sélectionnés par le journal L'Humanité, dans un contexte qui voit le nombre de premiers romans publiés baisser d'année en année (75 sur plus de 600 livres en 2014).

Mention spéciale, dans ce que j'ai entendu (c'est à dire peu), à Tram 83, qui m'a l'air d'être un roman très intéressant (une musicalité dans l'écriture et un attachement au vécu, aux sensations).

De la musique pour rebondir

Cette année, l'affiche envoyait du lourd. Pour ma part, j'ai bougé/hurlé/applaudi/rêvé/pleuré pour :

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume, #Je prends ma plume...

Repost 0
Commenter cet article