On l'a dans le Qatar

Publié le 23 Septembre 2014

La librairie située rue Saint-Honoré à Paris est en danger.

Je vous parlais déjà du Bleuet à Banon, qui a réussi sa campagne de crowfunding pour repartir, à priori, d'un bon pied.

Sauf que la librairie Delamain a un autre type de problème, ce sont les Qataris qui lui foutent le pied au cul.

La réalité du Qatar en France

En fait, on refuse l'immigration physique quand des gens tentent de trouver un avenir en travaillant chez nous. Au motif, notamment, du danger que l'immigration massive représenterait pour l'identité nationale et la culture française.

Mais si une puissance étrangère montre, non pas patte blanche mais patte dorée, alors on chie sur nos principes et on laisse faire.

On peut d'un côté s'enorgueillir d'un tel engouement du Qatar pour notre belle patrie...

"Tout est une question de proportions. Quand François Hollande espère de sa visite au Qatar une «normalisation» des liens entre l'Hexagone et le petit émirat richissime, côté qatarien, on attend rien de moins qu'un «saut quantique». Qui se traduira par de gros chèques: le Qatar prévoit en effet d'investir 10 milliards d'euros en France, annonce l'ambassadeur du Qatar en France dans un long entretien au quotidien Qatar Tribune ."

Merci Le Figaro.

Ou également se poser des questions sur la pratique et le manque de scrupules de notre élite qui laisse tout acheter sans sourciller.

"Atlantico : Les élites françaises sont-elles corrompues par les qataris ?

Nicolas Beau : Aujourd’hui il n’y a aucune preuve avérée de corruption des élites françaises par les Qataris. Mais des doutes subsistent en raison de l’opacité de plusieurs circuits financiers du Qatar en France, notamment autour de rachats en cascade de biens immobiliers par des sociétés de l’émirat, comme dans le cas de l’ancien hôtel Majestic. Autre exemple : l’hôtel de la place de la Concorde, dans lequel se trouve le siège du fonds souverain qatari, a été loué à une société hollandaise, elle-même détenue par l’émir. Ces procédures posent question.

Les révélations récentes de Mediapart ont définitivement prouvé l’existence de centaines de millions d'euros de commissions occultes prévues lors du rachat du Printemps par exemple. Par ailleurs, on sait qu’un certain nombre de commissions sur des contrats d’armement ont transité entre 1995 et 1998 au Crédit Agricole Suez qui possède une filiale au Qatar."

Quand l'investissement Qatari dans l'immobilier peut tuer des librairies

Le fonds d'investissement entend doubler le loyer de la librairie Delamain dans cet immeuble. Euh, ouais? En un claquement de doigt, c'est possible? Quid d'une petite règle sur le plafonnement des loyers, la gestion des baux commerciaux, les recours juridiques possibles?

Que nenni. Puisqu'un autre type de commerce (bijouterie, par exemple), serait plus rentable et donc parviendrait à payer ce double loyer. La loi du marché, la main invisible (et pleine de fric) est très douée.

Donc voilà, Delamain, plus ancienne librairie de Paris (fondée en 1700 messieurs dames!) va peut-être devoir fermer ses portes.

Les seules solutions se trouvent apparemment dans les capacités à négocier de la librairie en question face aux investisseurs, et n'aura d'appuis que symboliques de la part de nos autorités (avec des représentants du Ministère de la Culture qui donnent l'air d'apporter des chrysanthèmes en avance).

Et nous?

On peut signer la pétition ici, en espérant que cela serve à quelque chose.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume, #Je prends ma plume...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article