Loin des hommes - de l'existentialisme dans le désert algérien

Publié le 29 Janvier 2015

J'ai enfin pu voir le film que j'attendais depuis environ deux mois : Loin des hommes, une adaptation libre de Camus avec Viggo Mortensen et Reda Kateb.

Un conseil, précipitez-vous. De l'humanisme brut et sans fioritures, avec de vraies questions, ça fait du bien.

QUAND CAMUS ECRIT SON DESERT DES TARTARES

Pas de déguisement, pas de statut, pas de nationalité. Camus nous raconte l'homme, incarné par Daru et à l'écran par Viggo Mortensen.

Né en Algérie, réserviste de l'armée française qui a combattu aux côtés des algériens pour libérer la France en 44-45, il est devenu instituteur dans un village paumé et enseigne l'écriture et la lecture chaque jour aux enfants du coin.

Mais voilà, on arrive en 1954.

Un jour d'hiver, le gendarme Balducci lui confie un prisonnier arabe en lui donnant l'ordre de le convoyer jusqu'à la ville voisine pour le livrer à la justice. Daru a beau refuser la mission, le gendarme s'en va et laisse là le prisonnier.

Pourquoi ce prisonnier tient-il à être livré à la justice? Pourquoi Daru devrait choisir un camp alors que des algériens, dont ses anciens compagnons d'armes, se soulèvent contre le pouvoir français? Il devient Français pour les Algériens, et Algérien aux yeux des Français. Plus ils avancent dans le désert pour parvenir jusqu'à destination, plus des questions insidieuses se posent. Daru ne trouve pas forcément de réponse, tandis que Mohammed, lui, se sent condamné par un destin trop lourd à porter.

J'ai retrouvé dans cette histoire et dans la façon dont le film est mené une certaine similitude avec Le Désert des tartares de Dino Buzzati, récit de la solitude, d'une attente absurde et d'un piège inextricable. Et comme c'est l'un de mes romans préférés...

Loin des hommes - de l'existentialisme dans le désert algérien

DEUX ACTEURS PARFAITS POUR PORTER LE RECIT

Ils sont deux, et donnent l'impression d'avoir été conçus pour faire ce film... Viggo Mortensen maîtrise parfaitement le français et s'est mis à l'arabe de la région où se déroule l'histoire pour une partie de ses dialogues. Le grand instituteur poussiéreux semble méconnaissable par rapport à ses rôles précédents.

Pourtant, on reconnaît son regard d'acier et ses mâchoires serrées par la volonté d'arriver au bout. Vraiment, Viggo Mortensen interprète à merveille les héros, quelles que soient leur cause (protéger un prisonnier en Algérie en 54, s'infiltrer dans un gang de mafieux russes, sauver la Terre du Milieu et se marier avec une elfe...).

Daru vs Aragorn vs Nikolai LuzhinDaru vs Aragorn vs Nikolai LuzhinDaru vs Aragorn vs Nikolai Luzhin

Daru vs Aragorn vs Nikolai Luzhin

Quant à Reda Kateb, j'ai récemment écrit un billet sur lui, mais il confirme avec Loin des hommes que les rôles de Bad Boys ne reflètent qu'une seule facette de son étendue de jeu.

Loin des hommes - de l'existentialisme dans le désert algérien

DECOUVRIR UN RECIT PEU CONNU DE CAMUS

Et voir le film donne envie de lire la nouvelle L'Hôte et le recueil tout entier L'Exil et le Royaume.

De ce côté, l'école se trouvait à quelques kilomètres de l'endroit où le plateau commençait à descendre vers le sud. Par temps clair, on pouvait apercevoir les masses violettes du contrefort montagneux où s'ouvrait la porte du désert.

...

Le crime imbécile de cet homme le révoltait, mais le livrer était contraire à l’honneur.

...

Daru regardait le ciel, le plateau et, au-delà, les terres invisibles qui s'étendaient jusqu'à la mer. Dans ce vaste pays qu'il avait tant aimé, il était seul.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture, #A la croisée des arts

Repost 0
Commenter cet article