Vice-versa: enfantin, astucieux, un film qui taquine le cerveau

Publié le 24 Juillet 2015

Si vous avez gardé une âme de grand enfant, courrez voir ce film. C'est bourré d'intelligence et d'humour, et sous un angle très originale sous le coup : les déboires d'une pré-ado vus de l'intérieur de sa tête (comment Joie, Tristesse, Colère, Peur et Dégoût cohabitent et se chamaillent sans arrêt).

On se rend compte dans le film que c'est la mémoire, et les souvenirs acquis depuis le plus jeune âge, qui construisent la personne et établissent des priorités, valeurs, rêves etc. de notre petite Riley, héroïne du film.

Du coup, on a à la fois plein de suggestions sur le fonctionnement du cerveau, et plein de questions!

LES 4 MEMOIRES, QUI FORMENT UN ENSEMBLE NECESSAIRE

  • La mémoire de travail (à court terme) est au cœur du réseau.
  • La mémoire sémantique et la mémoire épisodique sont deux systèmes de représentation consciente à long terme.
  • La mémoire procédurale permet des automatismes inconscients.
  • La mémoire perceptive est liée aux sens.

LES SOUVENIRS, COMMENT SONT-ILS CONSERVES?

Dans le film, il y a les souvenirs ordinaires, qui rejoignent une grande bibliothèque, et des souvenirs fondateurs qui rejoignent la "mémoire centrale".

Une étude a été menée par des chercheurs à l'Université de Bordeaux, pour différents résultats en 2004 sur le stockage des souvenirs :

L'ensemble de ces résultats montre que la formation et le stockage des souvenirs au niveau cortical nécessitent un dialogue temporaire entre l'hippocampe et les aires corticales, et s'accompagne d'une modification progressive de l'architecture des réseaux corticaux. A terme, cette réorganisation neuronale permet à des régions corticales spécifiques d'assurer de façon indépendante le rappel et l'utilisation d'informations anciennes.

Représentation des différentes structures cérébrales impliquées dans le rappel des souvenirs. Alors que le rappel des informations récentes est sous-tendu par la formation hippocampique (1) (hippocampe + cortex entorhinal) et le cortex cingulaire postérieur (2), le rappel des informations anciennes dépend du cortex préfrontal (3) et du cortex cingulaire antérieur (4). Les cortex pariétal (5) et rétrosplénial (6) seraient également impliqués dans la restitution des souvenirs.

Vice-versa: enfantin, astucieux, un film qui taquine le cerveau

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article