Ben Stiller et Naomi Watts à la sauce Woody = While we're young

Publié le 21 Août 2015

Je n'invente rien, toutes les critiques le scandent à qui mieux mieux, While we're young emprunte à l'esprit du cinéaste Woody Allen dans la plupart de ses films, dont Manhattan. En tant qu'humble spectatrice qui n'a pas tout aimé de Woody, et est vraiment loin d'avoir tout vu, je suis sceptique.

Mais à la vision du film, j'ai d'abord un premier commentaire : C'est vraiment vraiment bien! Ce film qui invite à réfléchir tout en étant dans une sorte de fraicheur qui fait sourire a de quoi plaire à un bien large public.

Alors oui, il y a peu de Woody. Mais il y a plus que ça.

WHERE IS WOODY IN WHILE WE'RE YOUNG?

Le spectateur de Woody Allen se retrouvera dans la description d'un milieu New-Yorkais cultivé, plutôt huppé, moderne...

Les dialogues sont incisifs, le débit est rapide, le récit est impitoyable. Mais pour moi, la comparaison s'arrête là. Et heureusement.

Car ce que je reproche aux films de Woody Allen dernièrement, c'est de ne jamais "tenter" quelque chose de différent dans le ton, la trame de base, le type de personnage...

Ben Stiller et Naomi Watts à la sauce Woody = While we're young

UN FILM A PART, QUI INTERROGE LE SPECTATEUR

Déjà, Alors que Woody Allen est toujours dans la description, While we're young pose des questions. Ne serait-ce que dans l'introduction, avec un extrait de la pièce "Solness le constructeur", durant lequel un vieil architecte se confronte à une jeune génération. La partie d'échecs peut commencer.

Une coupe de quadra, "encore" jeune, semble heureux. Autour d'eux, les autres pondent des bébés. Eux ont tenté, échoué avec plusieurs fausses couches, et ont décidé qu'il valait mieux tirer un trait sur cette idée. On sent donc une espèce de tournant qui s'amorce dans leur parcours. Vont-ils continuer à s'aimer et devenir un couple bien plus épanoui que les couples-parents? Ou vont-ils se séparer, souffrant de ne pouvoir franchir une étape supplémentaire ensemble? C'est quitte ou double.

C'est alors qu'ils font la connaissance d'une jeune couple, 25 ans environ. Lui veut être documentariste, et ça tombe bien, notre héros quadra est un documentariste presque renommé. Leur passion pour leur travail et leur attirance mutuelle, l'un vers l'expérience et l'autre vers une seconde jeunesse, vont conduire les deux couples à se fréquenter très régulièrement.

Tout s'effrite dans le modèle des quadras. Leurs amis disent ne plus les reconnaître, et ne les invitent plus, alors que nos deux héros ont justement l'impression de se retrouver, d'avoir enfin un autre choix que de suivre "la voie à suivre" avec enfants et tout ce qui va avec. Ayant tous les deux la sensation qu'ils sont des enfants dans le corps d'un adulte, ils croient un temps que leur nouvelle vie va les combler. Emane alors du film une certaine tendresse.

Mais c'est compter dans l'espèce de rivalité qui s'installe entre les deux hommes, et leurs différentes manières de voir les choses, l'une traditionnelle, l'autre excessivement moderne. Ce qui va un peu bouleverser les rapports entre les quatre personnages. On assiste alors à "un face-à-face mimétique entre deux générations, dont chacune essaie de voler quelque chose à l'autre, dans un mal­entendu général." (Télérama). L'intrigue sur le sujet du documentaire qu'ils tentent de réaliser ensemble m'a certes moins enthousiasmée que l'ensemble des questionnements soulevés par ces relations entre deux générations, mais est nécessaire tout de même pour donner de la consistance à l'ensemble, et permet au héros quadra d'aller jusqu'au bout de sa propre démarche, jusqu'à la chute qui le réveillera un peu brutalement.

Consistant, ce que n'est pas forcément un film de Woody Allen, justement (à part des films style Match Point).

Ben Stiller et Naomi Watts à la sauce Woody = While we're young

DES ACTEURS QU'ON N'ATTENDAIT PLUS DANS CES ROLES

On a vu Naomi Watts hurler et pleurer dans de nombreux films catastrophes ou dramatiques. Puis elle a été dans Birdman, et dans ce film, où je la trouve très juste, très belle avec ses premières rides, et tendre.

Et Ben Stiller, qui a maintes fois réclamé qu'on le sorte de cette catégorie de gros lourd à mettre dans tous les films comiques, gagne finalement un rôle sur mesure je trouve. Un peu de maladresse, de la tendresse aussi, de l'humour piquant, beaucoup de volonté... Ce personnage fait un peu écho à ceux qu'il a écrits lorsqu'il se mettait lui-même en scène (Tonnerre sous les Tropiques ou plus récemment La Vie rêvée de Walter Mitty). Bref, je suis ravie de le découvrir sous une nouvelle facette, qui lui correspond bien mieux.

Ben Stiller et Naomi Watts à la sauce Woody = While we're young

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture, #A la croisée des arts

Repost 0
Commenter cet article

Corubet J.L et Gaby. 22/08/2015 09:34

Bien dit !

courbet J.L. 25/08/2015 18:29

Dis bien !!!