Le destin tragique de Leïla Alaoui

Publié le 19 Janvier 2016

Le 11 janvier, cette photographe est partie au Burkina Faso pour un reportage pour Amnesty International, sur le thème "Mon corps, : mes droits".

Elle dînait au café-restaurant Cappuccino, sur les lieux de l'attaque qui aura fait 30 morts.

Elle prend plusieurs balles, mais sa mère véhicule un message qui se voulait optimiste :

"Heureusement qu’elle a été admise dans un hôpital où il y a un scanner. Ce qui a permis de détecter un caillot de sang dans ses poumons qui compliquait la respiration. Son état est stable aujourd’hui et on espère que ses jours sont hors de danger ".

Elle décède en réalité hier soir (lundi 18) d'un arrêt cardiaque.

Voilà. Ni plus ni moins une victime, comme les 29 autres ce jour-là. 2016 n'y change rien, on est dans un monde de merde, parfois.

Je ne la connaissais pas, mais les quelques photographies qu'on peut voir, extraites de ces dernières expositions (dont l'une à la Maison européenne de la photographie à Paris jusqu'à dimanche dernier) sont saisissantes et témoignent d'un talent gâché par une barbarie dégueulasse.

Je vous conseille de cliquer sur les images ci-dessous pour les faire défiler

Je vous conseille de cliquer sur les images ci-dessus pour les faire défilerJe vous conseille de cliquer sur les images ci-dessus pour les faire défiler
Je vous conseille de cliquer sur les images ci-dessus pour les faire défilerJe vous conseille de cliquer sur les images ci-dessus pour les faire défiler

Je vous conseille de cliquer sur les images ci-dessus pour les faire défiler

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume

Repost 0
Commenter cet article

COURBET 22/01/2016 00:35

On connait plutôt bien pour y être allés (avec Maxime!) Ouaga. mais on a la chance de n'aller jamais là où les blancs vont! Pour le reste c'est O.K.
G. et J.L.C.

Bernieshoot 19/01/2016 14:51

c'est terrible .. j'ai logé dans l'hôtel Splendid de ougadougou en 2009 ..