Disparition de Gianmaria Testa, une voix italienne d'exception

Publié le 1 Avril 2016

De la tristesse et de la mélancolie en repensant au concert auquel j'avais assisté, à Apt dans le sud est, il y a fort longtemps.

Gianmaria Testa, c'est une voix grave à tomber par terre, et qui réconcilie avec la chanson italienne, quand on ne s'y connait pas trop à part Laura Pausini, Eros Rammazzoti etc etc.

C'est en effet un poète, humble, musicien également, et grand bavard à la fois enthousiaste et flegmatique.

Il vient de mourir à 57 ans. Alors si ce triste évènement est une occasion pour les lecters de ce blog de découvrir ou redécouvrir un bel artiste, ce sera une petite consolation.

Disparition de Gianmaria Testa, une voix italienne d'exception

DIFFERENTS HOMMAGES QUI PERMETTENT DE CONNAITRE LE PERSONNAGE

« Dans mon pays, on ne peut pas dire que je sois grand public. Les Italiens connaissent Brassens, Ferré, Brel, Aznavour, Bécaud et Greco, mais n’écoutent pas leurs propres chanteurs à texte : chez nous, si tu ne passes pas à la télé, tu n’existes pas. » D’instinct, lui s’en est toujours tenu éloigné : « Quand j’ai fait l’Olympia en 1996, toutes les télévisions m’ont sollicité. J’ai vite compris que c’était le phénomène qui les intéressait, mon histoire à moi, ils s’en moquaient. Je leur ai dit que je n’étais pas un monstre de foire et j’ai décliné les interviews. »

On a pu souvent voir Gianmaria Testa sur scène aux côtés de son ami l’écrivain Erri De Luca notamment pour le spectacle « Quichotte et les Invincibles » : invincibles migrateurs, prisonniers, les amoureux, les suicidés comme le précisait son programme. Gianmaria Testa chantait les poètes (Nazim Hikmet, Brecht et Erri de Luca entre autres). On écoute sa chanson « Diciotto mila giorni » 18 mille jours, dédiée à son ami écrivain napolitain, dont il partageait les origines paysannes.

ET DEUX MORCEAUX QUI M'ONT ACCOMPAGNEE LONGTEMPS

Ils étaient dans un album que j'ai beaucoup écouté. Il donne envie de voyager, rêver, courir, danser, fermer les yeux...

Adieu Gianmaria

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture, #Le Canard se déplume

Repost 0
Commenter cet article