Paris Contemporain ou l'éloge de l'inutile nécessaire

Publié le 12 Mai 2016

"Inutile" n'est pas une insulte. Surtout quand on parle d'art et de culture. Car "Inutile" ne signifie pas que nous ne sommes pas touchés en tant que spectateurs devant une oeuvre d'art. Ainsi, "insignifiant" serait davantage péjoratif.

C'est ainsi que j'ai pu profité de mes deux dernières visites parisiennes (début avril et début mai) pour explorer deux expositions qui m'ont au final beaucoup plu (et c'est pas souvent avec l'art contemporain).

CARAMBOLAGES AU GRAND PALAIS - UN CADAVRE EXQUIS D'OEUVRES D'ART

Qu'on s'y connaisse ou pas, la vision d'une oeuvre nous fait en général penser à une autre oeuvre, ou un univers, ou un artiste etc. et cette même pensée nous entraîne vers encore autre chose. C'est en cela que l'"inutilité" de l'art devient intéressante puisqu'on se construit ses propres interprétations et son propre chemin artistique.

Cette exposition du Grand Palais a pris le pari de proposer des parcours "tac au tac", où une oeuvre amène à une autre, par une couleur, une forme commune, une référence, un motif partagé, un regard... C'est ainsi qu'on peut passer d'un bouclier des artis primitifs à la peinture d'une déchirure dans un drap (ou est-ce l'inverse)?

De multiples séries d'une petite dizaine d'oeuvres sont exposées, empruntant plus souvent à l'art contemporain quaux périodes classiques de la peinture. Mais c'est là que les associations sont intéressantes.

Paris Contemporain ou l'éloge de l'inutile nécessaire

PAUL KLEE A BEAUBOURG - IRONIE, CRITIQUE ET CUBISME

Je ne savais pas à quoi m'attendre, et j'ai découvert un philosophe critique des standards de l'art (il a vécu à cheval sur le 19ème et le 20ème siècle), avide d'explorer d'autres formes de représentations et de techniques (il nous offre du cubisme en milieu de parcours), admiratif et jaloux de Picasso (on a droit à une sorte de "battle" d'oeuvres à la fin de l'exposition), engagé (pendant toute une période, il s'est consacré au totalitarisme, notamment avec des représentations de personnages dansant par peur) et surtout amoureux des couleurs.

J'ai en effet rarement été à ce point saisie par d'aussi beaux rouges ou bleu dans des peintures.

Paris Contemporain ou l'éloge de l'inutile nécessaire

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Commenter cet article