Rap, Racailles, République et Etat d'urgence

Publié le 27 Juillet 2016

Pas assez connaisseuse mais curieuse et amatrice de ce style de musique, je trouve qu'on a eu des pépites (NTM, IAM, MC Solaar, Saian Supa Crew) qui avaient pour but (notamment) de dénoncer la stigmatisation des banlieues. On a aujourd'hui des pépites qui passent à un autre niveau, qui dénoncent un système global, selon eux trop sécuritaire et trop financier. De quoi se sentir absolument tous concernés.

Je veux parler de Kery James et de Keny Arkana.

KERY JAMES

Il y a 4 ans c'était Lettre à La République. Constatant que la situation n'est pas améliorée et s'imprégnant du contexte anxiogène lié aux attentats, c'est le titre Racailles qui prend la relève, avec la punchline "est-ce que le genre de texte qui va me falloir une fiche S?" (et aussi un couple très accrocheur contre Skyrock, la station historiquement consacrée à la musique urbaine).

KENY ARKANA

Une voix de femme qui claque et fait du bien. Elle a été capable de faire des morceaux musicalement positifs (Tout tourne au soleil), noirs et violents (La Rage, La Mère des enfants perdus), et consacre 23 minutes à l'idée d'Etat d'urgence dans un mini-album téléchargeable gratuitement ou à prix libre. Moi j'ai pris.

Site dédié : https://www.etat-durgence.com/

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article