Jason Bourne 5 et Insaisissables 2 - devinez quelle franchise est la bonne

Publié le 26 Août 2016

Deux séances de cinéma cet été pour deux blockbusters. Je sais, je n'ai pas cherché l'originalité. Bref, l'un des deux films est bien foutu et tout à fait honnête dans la lignée de la franchise, l'autre est une véritable imposture, même exaspérante.

Pourtant, ils ont tous les deux au moins un point commun : l'action. Ca explose, ça va vite, on risque sa vie à chaque instant, on fuit, on se poursuit. Mais dans la réalisation, faut être doué pour que ça rendre bien. Alors entre un film de Paul Greengrass, même si ce n'est pas le meilleur Jason Bourne de la série peut-être, et un clip interminable et boursouflé, y a pas photo...

Jason Bourne 5 et Insaisissables 2 - devinez quelle franchise est la bonne

INSAISSISSABLES 2 - EFFECTIVEMENT, ON SAISIT PAS

Les seuls points positifs de ce film pour moi c'est Jesse Eisenberg que j'aime beaucoup dans ce type de rôle énervant, et de retrouver Daniel Radcliffe et Woody Harrelson (même si je suis moins convaincue par leurs rôles).

Je vous invite à lire cette critique.

"On ne compte ainsi plus au fil des 129 très longues minutes du récit, les innombrables erreurs commises. A commencer par celle d’avoir voulu appuyer toute l’intrigue autour des fantômes du premier film. La mythologie (la société secrète de L’œil) et les histoires de vengeance n’étaient pas du tout le point fort du film de Leterrier, les voir ici être amplifiées jusqu’à l’écœurement plombe considérablement la fluidité de l'histoire. Si vous n’aviez que faire du traumatisme de Ruffalo dans Insaisissables, préparez-vous à souffrir tant il est l’énorme fil conducteur d’un scénario fumiste, quand il n’est pas juste affligeant (l’épilogue achèvera les plus émérites d’entre vous)."

Ou celle-ci.

"Insaisissables 2 est-il à la hauteur de son prédécesseur ? Cette suite se démarque effectivement par sa réalisation, mais pas forcément en bien ; Louis Leterrier laissant sa place à Jon M. Chu (G.I. Joe : Conspiration), on ne retrouve pas la qualité de mise en scène du technicien français, alors qu’on pourrait considérer son successeur, habitué des films chorégraphiés puisqu’il a notamment œuvré sur la saga Sexy Dance, comme son équivalent américain. Mais curieusement, le film manque de fluidité sur un plan visuel.
La réalisation n’est pas la seule à souffrir. Le scénario souffre, lui aussi, de nombreuses failles qui entraînent le spectateur dans un enchaînement de tours de magie tous plus invraisemblables les uns que les autres (et même parfois carrément incompréhensibles). On ne retrouve jamais la simplicité du premier script pourtant déjà écrit par Ed Solomon (en collaboration avec Boaz Yakin). Point d’innovations pour envoûter l’audience, les astuces sont quasi identiques. Cette répétition force obligatoirement la comparaison avec le film originel et bien sûr toujours en faveur de l’aîné."

Jason Bourne 5 et Insaisissables 2 - devinez quelle franchise est la bonne

JASON BOURNE 5 - LES BONS INGREDIENTS TRADITIONNELS

Matt Damon, un scénario dans la lignée des précédents, un ancrage très crédible dans la réalité (des courses-poursuites dans un Athènes en manifestation/émeute), un contexte politico-sécuritaire qui fait froid dans le dos et qui est traité de manière originale par rapport à de nombreux films qui explorent la société occidentale parano aujourd'hui, Vincent Cassel la musique toujours, le rythme, les dialogues parfois minimalistes... Et Matt Damon (même si je l'ai déjà écrit). Ce sont les points positifs qui me viennent à l'esprit, même si je comprends les critiques négatives qui trouvent la description sur la société de surveillance et l'introduction du père de notre héros "superficiels".

Alors certes, j'ai été déçue par quelques points du scénario qui pourrait être accusé d'aller dans la facilité par rapport aux films précédents. Mais pour moi, l'épisode 5 ne tombe dans aucun piège. Par exemple, les souvenirs de Jason Bourne remontent cette fois à son père, mais sans théorie abracabrantesque ou pathos superflu.

Bref, je vous ressers deux extraits de critiques, dont celle du site A voir A lire pour avoir une comparaison juste entre Jason Bourne et les Insaisissables.

"Blockbuster au ton fougueux et aux formes rugueuses, et donc atypique dans le monde délavé de Hollywood, le reboot de Jason Bourne est un thriller d’espionnage high-tech, sans le modernisme clinquant du tout-venant actuel, intrinsèquement surexcité et farouche, aux séquences d’action particulièrement intenses et mêmes hallucinantes dans le refus de l’explicitation.
Au vu de la fin ouverte et du succès américain, nous on prend déjà rendez-vous pour le 5e (ou 6e) numéro."

"Qu’il s’agisse d’une poursuite au cœur d’Athènes que des émeutes transforment en brasier bétonné, de baston ultra-violente dans un sous-sol ou d’une séance de froissage de tôle délirante au cœur du Strip de Las Vegas, Greengrass insuffle une énergie démente à la moindre scène, sans verser dans le montage parfois abscons qui nuisait à la lisibilité du troisième Bourne.

On pourra légitimement blâmer le film pour son manque d’ambition et pour son choix de rester jusqu’au bout en terrain connu, voire ultra-balisé. Mais ce classicisme lui permet aussi d’offrir un spectacle pur, dégraissé, un film d’action qui ne s’embarrasse jamais de palabre ou de contextualisation pour analphabète."

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Commenter cet article

Courbet G. et J.L. 05/09/2016 18:41

Mouaih !!!!!