Fête de l'Huma 2016 - une édition en mode pétard mouillé

Publié le 12 Septembre 2016

Sixième édition d'affilée et un parfum d'anniversaire. La première édition que j'ai vécue est celle de 2011, soit juste avant les présidentielles de 2012, et la dimension politique avait une saveur particulière. 5 ans après, qu'en est-il? Tout est dans le titre. Et je ne suis pas journaliste, chroniqueuse politique et n'écrirai pas non plus en tant que militante. Donc cet avis reste ouvert aux débats pour ceux qui n'auront pas ressenti la même chose que moi.

Fête de l'Huma 2016 - une édition en mode pétard mouillé

QUAND LE PETARD S'ALLUME

Déjà, cette sixième édition d'affilée confirme ce que j'ai envie d'appeler la loi du baromètre de L'Huma, à savoir qu'il fait beau une année sur deux. Du coup, là, il a fait un temps magnifique et cela rend la fête d'autant plus belle et joyeuse.

Ensuite, le programme des débats et conférences s'est diversifié en intégrant les domaines de l'économie sociale et solidaire et du numérique. Un peu de modernité ne fait pas de mal. Et puis il y avait un stand naturiste, ce qui donne une réaction en mode WTF? MAIS POURQUOI PAS...

Et niveau concerts, tout était fait pour nous faire bouger. Je veux parler de The Avener, de Caribbean Dandee (avec Joey Starr et Nathy), des Chemical Brothers et j'en passe beaucoup. J'en profite pour relayer de nouveau un titre de Billie Brelock qui s'est produit vendredi à la scène Zebrock et que j'aime vraiment bien.

Et tout s'annonce bien, on sait que de nombreux candidats déclarés de gauche vont venir, on s'attend à des annonces, quelques débats pourquoi pas un peu bousculés.

Et puis courir sur les ordres de Joey Starr et scander "Seine Saint Denis Style", repris dans son fief du 9-3, ca restera pour moi un grand grand souvenir.

Merci au posteur (ou posteuse) de cette vidéo (MmeLigeia) même si on capte un peu moins le mouvement de là que de l'intérieur.

MAIS ALORS, POURQUOI PETARD MOUILLE?

Joey Starr utilise cette expression pour qualifier l'un de nos cris un peu trop faible à son goût pendant son concert. Et c'était un peu prémonitoire pour moi.

Le concert d'après, Michel Polnareff, représente ce que n'est pas censé être la fête de l'Huma. C'est certes un grand chanteur, auteur, compositeur, interprète et beaucoup de ses chansons sont absolument magnifiques. Mais se faire payer une somme absurde pour se produire dans ce festival pendant un peu plus d'1h, et ne pas réussir à transmettre quelque chose de fort, c'est dommage. Chemical Brothers a semble-t-il fait super impression, dans la continuité de The Avener la veille, et l'ambiance se promettait donc d'être explosive.

Sauf que... niveau politique, c'est patatrac. Je n'ai pas trouvé que les thématiques mises en avant étaient suffisamment alléchantes et novatrices. Pierre Laurent (qui dirige le PC) ne s'est pas exprimé lors du soi-disant grand meeting politique du dimanche après-midi. Et Mélenchon, Duflot, Hamoin et Montebourg sont chacun venus défendre leur cause de candidat. Rien pour se rassembler, rien pour tenter un truc à plusieurs. La fête de l'Huma n'aura donc été pour eux qu'un moment pour faire campagne, mais pas un moment d'échanges et de rencontres. Et c'est grandement dommage. C'est sur cette note un peu défaitiste et mélancolique qu'on a accueilli le dernier concert, superbe, qui illustre finalement bien l'absence de sens.

Jamais content, Allo maman bobo, on a soif d'idéal... Bravo à Sushi et Voulzon pour leur clôture de ce week-end! La vidéo ci-dessous ne vient pas de la fête de l'huma mais c'était une belle chanson dans le ton (même si j'ai personnellement préféré les tubes d'antan et notamment Jeanne de Voulzy qui m'a fait pleurer).

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume, #Cercles de culture

Repost 0
Commenter cet article

Courbet G. et J.L. 20/09/2016 09:34

n aime toujours ce que tu écris...

Bernieshoot 12/09/2016 15:53

venant du 93 .. et pour avoir connu la fête de l'Humanité dans les années 70, je suis assez d'accord avec le titre