Anaphores

Publié le 28 Juillet 2011

Juste avant de repartir en vadrouille et loin loin de l’ordinateur (en Bretagne cette fois), je voulais vous livrer ce poème de Marien Guillé, premier d’une véritable saga de jeux avec les mots que le poète vagabond m’a envoyés.

Voici le premier, régalez-vous !

 

Quant à moi, je me réjouis de vous voir aussi nombreux à venir malgré ces interruptions d’écriture estivales, et me prépare à vous bombarder d’articles une fois revenue à partir du 8 août. Entre mon séjour en haute montagne et les idées ramenées avec un grand souffle d’air frais, ces chats qui vont bientôt arrêter de me tourmenter, mes lectures estivales (La Couleur des sentiments, Le Voyage de l’éléphant et j’en passe), et les films que j’aurais pu voir… à très vite !

 

20qocyub.jpg

 

 

Anaphore(s)

 

Offres-toi à rêver

Qui te change du bruit, de la grisaille, du froid

Et de ces escaliers de service

Qui montent sur les toits

 

Danse au milieu des pavés

Danse comme en toi la vie semble s’aimer

Danser et ne regrette pas les années

Danse et bon vent au corps basané

 

Offres-toi du soleil

Du soleil à croquer

Si doux, si parfumé

Pour ton cœur avide et passionné

 

Le rire nous a appris à devenir des hommes

Ton corps se meut

Ton corps se dit

Ton corps sévit

 

Mets tes doigts sur mes veines

Passe sur ton corps sur ma peau

Et donne-moi une couleur

 

Donne-moi le souffle de ton souffle

Soulève le sol pour moi

Donne-moi l’appui du vent

Du bout de tes lèvres

Appuie-toi sur moi

Lève l’ancre de mon âme

Je longe le sol à ta recherche

 

Danse au bout du monde entier

Quand à la nuit tombée

Dans une douce et agréable panique

Les corps se déchaînent

De leurs chaînes trop lourdes à porter

 

Je veux danser, je veux danser

Je veux renaître

Je veux voir et sourire à l’aveugle

 

Danse à sens unique

Danse à sens multiple

Danse sans creuser de limites

Danse dans le sens du vide

Danse en rafale d’essence

Danse à l’aisance du sens

Danse en sens encense les sens

Danse jusqu’au petit matin qui fait des plis dans ta robe

Danse enrobée de ciel encore replié sur l’aube

Danse

Décadence des sens

         A l’essence

                   Des cent ciels

                            Donné d’essence

                                               Aisance

                                                        Donné naissance à l’essence de cent ciels

                   Et je marche à laisse-en-ciel

 

Danse comme les bribes du matin

Danse mignardise de la nuit

Danse

 

Mets tes doigts sur mes veines

Passe sur ton corps sur ma peau

Et donne-moi une couleur

 

Le temps n’existe plus, il explose en cadence

En décadence

De chants et de danses

Et son tempo résonne

De toutes ses mains

Au fond de ton cœur d’être humain

 

Une fois dans sa ronde

Tu n’es plus toi

La musique t’ensorcelle

C’est elle qui fond en toi

Ou toi qui deviens Elle

 

Danse à rincer le monde d’une larme

Danse à rincer le monde d’une sueur

Danse à te laver l’âme de la rouille

Qui grouille dans l’oreille

 

C’est le monde entier qui vibre,

Dans la magie des pas et des nuits

Tout au bout de tes doigts dociles

Et ces voix chaudes t’appellent

Toi qui un beau jour aura décider

De quitter ces jardins gris colorés

De laisser la clé

Et t’en aller, t’en aller

Sur un quart d’heure parfumé

 

Mets tes doigts sur mes veines

Passe sur ton corps sur ma peau

Et donne-moi une couleur

 

Un jour où ta musique résonnera plus fort

Où le jour sera plus beau

Le soleil brillera plus fort

Et la vie te sera plus belle

 

Offres toi à rêver

Tout doucement bercée

Par une guitare

Couleur grain de café

 

Offres-toi à rêver

Qui te change du bruit, de la grisaille, du froid

Et de ces escaliers de service

Qui montent sur les toits

 

Rafale de mouvements offerts

Rafale des gestes qui disent comment faire

Je suis l’espace d’un instant la rafale du vent

Ton espace et ton instant et je vibre en rafale

Je suis ton centre et ton épicente, ta force, ta loi

Ta rafale intime qui secoue et noue la gravité

Et ton trait s’insinue dans mon train

Et je trimballe mon corps en rafale du bout des doigts

Rafale sur les bras et sur les hanches

Rafale, fais-moi confiance

Et cours, saute, au bout des manches

 

satesoflifeinmusiclity.jpg 


Une belle co-ïncidence

en acci'danse

en accident certain de soi

en accidence sans un sans dit

en incendie de joie...

Une belle co-ïncidence

en incidence, en insistance, d’instants éphémères

en inci’danse, un incendie qui dit, qui danse, qui encense,

la patience d’un incendie

en assistance, de mots, de voix, de corps à marée haute.

La Coïnci'danse tout doucement entre en transe,

saisie du sens à la recherche d’essence,

les mots d’une œuvre encensent,

les mouvements de la lumière et du vide

des mouvements de renfort,

mobilisés d’émotions devant l’urgence de l’instant,

l’urgence avant l’incident,

l’urgence de la coïncidence,

l’urgence après l’accident,

l’urgence de la vie …

Une belle co-ïncidence

en acci'danse

en accident certain de soi

en accidence sans un sans dit

en incendie de joie...

 

Bassin sens

Bas sain sens

Insensée baisse de sens

Encensé au sens bassin

Basse insensée

Mouvement t’es

Elémentaire

Mouvement terre

Je suis mouvement mouvement terre

Tu es mouvement élémentaire

Je suis mouvement rempli d’air

Mouvement des reins, mouvement d’éternité

Mouvement t’es, mouvement t’erres

Mouvement moment de se taire

Tu es mouvement mouvementé

Mouvement éreinté, mouvement étreint

D’éternité étreinte

L’éternité a pris mouvement au creux de tes reins

Danse

 

Danse, Langage des corps

Corporellement sinueux

Danse, Nœud de marins en quarantaine

Aux haines sans fonds

Danse, onde de mer

Au fin fond du mercantile mystère

Danse, terre qui s’incarne,

Du bout des doigts

Danse, à toi de jouer, danse,

Offre-moi ton équilibre

Offre ton espace au vide

Danse, tes pieds claquent et marquent le sol

Le sud de mes espérances

Le nord de ma destinée

Danse, en rafale de mouvements offerts

Danse, et ne reviens pas en arrière

Danse, et ne regarde pas en arrière

 

Mets tes doigts sur mes veines

Passe sur ton corps sur ma peau

Et donne-moi une couleur

 

Offres-toi à rêver

Qui te change du bruit, de la grisaille, du froid

Et de ces escaliers de service

Qui montent sur les toits

 

Mouvement uni-terre

Mouvement unitaire

Mouvement uni

Mouvement uni vers

Universel

Mouvement univoque

Mouvement équivoque

Et qui vaut que tu danse !

 

Marien Guillé

Rédigé par t-as-vu-ma-plume.over-blog.com

Publié dans #Compagnons de route

Repost 0
Commenter cet article

maxime 28/07/2011 22:11


Superbe... que c'est beau, revigorant !