Excursions: Vacances, côte-d'Azur, poésie... Et un peu de journalisme

Publié le 24 Février 2012

Un petit moment sans profiter de mon ordinateur et du réseau. Pour moi, c’est un peu les vacances, ou presque.

Pendant 2 jours, et en conséquence de quelques coïncidences qu’il ne sert à rien de décrire dans le détail (en gros, j’ai rejoint mon chéri d’apprenti journaliste pour quelques jours), j’ai testé le métier de journaliste. Le vrai, celui du terrain et du local.

Les sujets ne sont pas enthousiasmants tous les jours, mais pour la première fois que j’accompagnais David, j’ai eu plutôt de la chance, car les reportages étaient placés sous le thème de la culture.

La visite d’un poète, Angelo Venturi, dans un collège de Saint-Raphaël ; Puis une animation sur les Bandes Dessinées pour sensibiliser petits et ados à la construction d’une BD ; enfin l’inauguration d’une annexe de l’école de musique de Fréjus. C’était plutôt sympatoche, bien que long comme journée. On l’a toujours su, en quelque sorte, mais il faut le vivre pour en être convaincu : un journaliste ne peut pas compter ses heures, et le rythme de la journée, entre reportage et écriture de l’article dans la foulée pour l’édition du lendemain, est assez stressant. Et oui, on peut être stressé tout en étant dans ce genre de cadre...

 

24-fevrier.jpg

 

 

Pour finir ce billet par une note poétique, voilà justement un texte d’Angelo Venturi, qui a commencé à écrire en italien avant de se mettre au français, après avoir lu que Pompidou pensait qu’on ne pouvait écrire de la poésie en français que si on était français…

 

Lumière sans ombre

 

Chants de merles dans la rosée
Branches mêlées d’un chêne qui ne sait plus se peigner
Pleine lune dévorée par les corbeaux à l’aube.
Le vent crie les peurs de l’enfance.
L’été revient sur les sourires du jour.
Les étoiles voudraient se placer quelque part
Tomber peu à peu dans les horizons de mon âme.
Tu m’as vu les cueillir à l’orée du désir
Qui naîtra avec ma lumière sans ombre.

Décembre 2003

 

PS : A partir de maintenant et ce jusqu’à la clôture des votes, je me permettrai de vous rappeler que vous pouvez me soutenir, avec mon roman Nouvelle Lune sélectionné pour le festival de polar Plume de Glace, en me mettant une bonne note (de 1 à 5) et en mentionnant une adresse email valide. C’est ici que ça se passe. Si vous souhaitez me soutenir même sans voir lu…faites quand-même. Merci d’avance ! 

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume

Repost 0
Commenter cet article