Le mistral souffle sur les ondes – Nouvelle Lune à la radio pour la deuxième fois

Publié le 6 Mars 2012

 

 

Récit de l'interview qui s'est déroulée le 29 février dernier dans les studios de Fréquence Mistral. La pression était là, puisqu'il s'agit de la radio de chez moi.

 

9H45, ma sœur et moi sommes devant la porte du local de Fréquence Mistral. Le 7, rue de la Saunerie, à Manosque.

C’est sombre et l’endroit semble abandonné. Au moins, il y a une sonnette, qui permet de vérifier qu’effectivement, on est au bon endroit.

Ce bon endroit se trouve au dernier étage et donne une vue sympa sur les toits. Après une réflexion explicite de la part du journaliste qui m’a par la suite interviewée, il était difficile de ne pas penser au Hussard sur le toit en voyant la vue sur les tuiles manosquines du vieux centre.

Sauf qu’ « il n’a pas été possible de tourner le film à Manosque… Ils ont réussi à tourner quelques scènes à Forcalquier, mais c’est dommage que le livre de Giono ne puisse pas être mis en images dans la ville d’origine à cause de toutes ces paraboles ».

 

9H55, en off, juste avant le direct. François Malabave, celui qui a lu Nouvelle Lune et qui m’a interrogée, me pose une colle : « Et le festival Blues et Polar, qui est manosquin, vous n’y participez pas ? ». Ceci comme si c’était moi qui avait refusé… Il a donc fallu expliquer, et ce peu de temps avant de passer à l’antenne, que le comité de lecture de ce festival n’avait pas du tout aimé mon bouquin l’année dernière. Vive la crédibilité !

 

10H00. Ca démarre. C’est le journal local et je sais que je passe en dernier. Même si mon micro est bien entendu désactivé, je n’ose faire un seul bruit, de peur de perturber le bon déroulement de l’émission.

Le premier sujet est sur la carte scolaire dans le département du 04. Avec des infos sur les menaces qui pèsent sur les emplois de professeurs des écoles. Je me dis qu’il n’y a que dans une radio locale qu’on peut consacrer autant de temps au concret, au social. C’est dommage non ?

Le deuxième sujet m’enthousiasme d’autant plus, puisqu’il s’agit d’une chronique sur le débat à Sainte-Tulle (à côté de Manosque) autour du film  Les Nouveaux chiens de garde.

  

10H15 environ. Pause musicale. C’est l’occasion de discuter du film, que j’ai beaucoup aimé. Et une belle opportunité de discuter avec un journaliste aguerri des collusions entre les journalistes et ceux qui ont le pouvoir (économique et politique) : « Ils ont une carte de presse, qu’est-ce qu’ils en font ? ».


couverture-copie-1 


10H30. C’est à moi… Le stress revient au galop. Mais François Malabave commence par faire quelques compliments. Donc la tension se relâche, et la discussion suit son cours. Le contenu des propos, qu’il s’agisse des miens sur la façon dont j’ai écrit mon roman, ou ceux du journaliste, change peu. Mais, et c’est cela qui est vraiment intéressant, les perceptions de chacun de ces lecteurs-critiques sont différentes. Là, on a parlé des ambiguïtés des personnages, du fait que tout tourne autour de Lou etc. Tout se délie à chaque nouvel échange autour de ce polar, et d’une façon différente. Aussi, j’ai vraiment bien apprécié cette interview qui m’a poussée à justifier certaines choses, ou à en redécouvrir d’autres.


 

 Interview en ligne aujourd'hui !


Et je vous rappelle que... Jusqu’'au 9 mars, vous pouvez me soutenir, avec mon roman Nouvelle Lune sélectionné pour le festival de polar Plume de Glace, en me mettant une bonne note (de 1 à 5) et en mentionnant une adresse email valide. C’est ici que ça se passe. Si vous souhaitez me soutenir même sans voir lu…faites quand-même. Merci d’avance ! 

 

PS: L'émission s'est achevée sur cette chanson, que j'adore

 

 


Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Mes écrits : Poids Plume

Repost 0
Commenter cet article