Serre-Chevaliers - Dernier bachotage pour pas passer pour une bleue (pas trop)

Publié le 5 Avril 2012

Il y a de la neige, un peu en tout cas, à Serre-Chevaliers. La plupart des pistes sont ouvertes et skiables.

Le stress monte dans ma gorge. Mon sac est quasi prêt. Dans quelques heures mon train roulera jusqu’à Briançon.

Et je n’aurai plus d’ordinateur (oh joie !) jusqu’à mardi.

 

 

plan-des-pistes-interractif-560x301 

Quelques mots très rapides donc, alors que je tente de réviser mes classiques en polars et science fiction pour ne pas trop passer pour une bleue ce week-end. En pleine journée de stage, et avec du vrai travail, ce n’est pas évident, mais j’ai tout de même essayé.

 

Et là… en me remémorant la bibiographie de Bernard Werber (membre de la Ligue de l’imaginaire, qui participe au festival), j’ai été curieuse d’en apprendre un peu plus sur les Thanatonautes (« les navigateurs de la mort » si on fait une déduction étymologique).

C’est assez fascinant car c’est toujours en lisant des infos sur le livre « préféré » de son écrivain (Werber a toujours eu un faible pour celui-là apparemment) qu’on en apprend plus sur son écriture et sa façon de voir les choses.

 

Et qu’est-ce que je n’apprends pas ! Il déclare avoir écrit une grosse partie du bouquin en écriture automatique.

 

Pour moi, l’expression « écriture automatique » se rapprochait de mise en pilote automatique ou quelque chose dans ce goût là. Il y a un peu de ça, certes, mais ça va nettement plus loin que le fait d’écrire spontanément et sans réfléchir.

Cette écriture passe par l’inconscient et c’est en relisant ses mots que l’auteur découvre ce qu’il a écrit… On est carrément dans un exercice de psychologie.

 

J’avoue que ça me rend perplexe.

 

Le côté positif d’une telle écriture, c’est qu’on se lâche complètement. Le côté négatif, c’est qu’on se perd entre la psychologie et le récit. Je veux bien m’impliquer dans un écrit mais à ce point-là… Je serais incapable de le faire lire à qui que ce soit tellement c’est intimement lié à la personnalité et l’humeur de celui qui écrit.

 

Enfin, voilà un sujet de conversation potentiel si je croise ce cher Bernard.

 

En attendant, je mets ce blog en pilote automatique pour qu’il circule librement parmi vous. Je reprends la main mardi… certainement avec des images et des souvenirs plein la tête.

 

Et donc, pour la dernière fois, vous pouvez VOTER.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Mes écrits : Poids Plume

Repost 0
Commenter cet article