Un ptit Starbuck pour la route... Au revoir

Publié le 26 Mars 2013

Il y aurait pas mal de choses à raconter, ces jours-ci, mais j’ai la tête dans des révisions assez prenantes.

Je pourrai lire de nouveau des romans, écrire, me consacrer à ce blog, voir plein de films et faire des expos… à partir du 5 avril.

 

D’ici là, j’imagine que toi lecteur, tu auras d’autres choses à lire que t-as-vu-ma-plume.

 

Dommage, j’aurais bien aimé faire un article fouillé sur ce film qui m’a à la fois beaucoup fait rire et vraiment énervée : STARBUCK.

On n’est pas dans la petite découverte que personne ne connaît, loin de là.

 

Je n’ai entendu personne dire que c’était un mauvais film, qu’il ne tenait pas ses promesses. On est dans l’humour qui côtoie le burlesque, la finesse, le cru, et dans une situation tellement abracadabrantesque… et en même temps assez crédible.

 

Pour faire court : un homme, étant jeune dans la fin des années 1980, touche régulièrement un peu d’argent pour donner de son sperme dans une banque dédiée. Presque 20 ans plus tard, l’avocat de cette banque vient lui apprendre qu’il a engendré 533 enfants et que plus de 100 d’entre eux veulent connaître son identité.

 

Je passe sur la loufoquerie du héros, qu’on n’imaginerait pas père une seconde, même une fois.

 

Ce qui m’a gênée, c’est le fait que l’histoire se base sur l’idée qu’un donneur de sperme puisse être assimilé à un père et que cette situation soulève un véritable débat sur le droit de connaître ou pas son identité.

WTF ?

 

 

Bref, au revoir et porte-toi bien, lecteur.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume

Repost 0
Commenter cet article