Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Publié le 21 Mai 2013

« L’art n’est pas une activité élitiste réservée à l’appréciationd’un nombre réduit d’amateurs, il s'adresse à tout le monde. »

Dénoncer quoi, au juste ? C’est assez large. Un artiste qui ne dénonce rien manquera, pour beaucoup, d’une certaine dimension dans sa discipline.

Tandis qu’un artiste aux proies avec l’ensemble des visions du monde devint philosophe. C’est le cas de Keith Haring.

J’ai pu voir l’exposition qui lui est consacrée au Musée d’art moderne (et qui est complétée par une expo d’œuvres de très grande taille au 104 – CENT QUATRE).

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

L’accessibilité de l’art à tous

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Le recours à diverses formes d’art contemporain (utilisation de tags, détournement de journaux …)

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !
Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Le recours à des symboles forts pour dénoncer une société capitaliste (et un pied de nez à Andy Wahrol en passant…)

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Des couleurs, encore et toujours

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Des ptits trous, toujours des ptits trous

J’avoue que j’ai plus vécu cela comme de la philosophie, de l’expression contestataire, qu’une découverte véritablement artistique.

Il n’empêche, il est intéressant de voir le travail de quelqu’un qui utilise autant de couleurs qu’Andy Wahrol mais qui lui, au moins, cherche à faire passer quelque chose. Et sa démarche très symbolique vise, tout comme l’utilisation de tous types de supports pour exercer son art, à être accessible pour tout le monde.

Keith Haring – Dénoncer avec des symboles, des couleurs, mais pas de titres !

Pour lui, ses œuvres d’art ne devaient pas valoir d’argent.

Les dénonciations à l’œuvre dans cette exposition me font penser à ce que fait Pauline Ladier, ma petite sœur, notamment dans cette pastel qui avait fait l’objet d’un billet sur le blog.

Keith Haring fait donc partie de ces artistes contemporains dits « accessibles » du plus grand monde, à condition de faire quelques efforts d’interprétation. En effet, il ne donne pas de titre en général à ses œuvres, afin de ne pas intervenir dans les impressions qu’aura le spectateur à leur vue.

Quand on voit parfois le résultat de son imagination, on est quand même parfois un peu désarmé !

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Commenter cet article