Quand Brad Pitt, Steve Carell et Ryan Gosling t'expliquent la crise financière...

Publié le 5 Janvier 2016

Bonne année 2016 !

Ca fait maintenant 9 ans qu'on nous parle de la crise et que ce mot justifie à lui seul toutes les manigances et tous les entubages des pays occidentaux.

Ca vous dit de comprendre comment on en est arrivé là? ou de vous rafraîchir la mémoire? Parce que les subprimes, CDO, CDS, MBS etc. ce sont des mots qui font un peu peur, tout de même.

Si oui, alors j'ai deux solutions pour vous.

1 - VOUS EMBARQUER DANS LA LECTURE DE DIZAINES DE PAGES QUI EXPLIQUENT TOUT

C'est magique, Internet, vous pouvez trouver ce que vous voulez sur la crise financière, et comprendre que les banques, au départ américaines ont décidé :

- de mettre sur le marché financière des produits dépendant de prêts immobiliers (car le marché immobilier est très solide), produits certifiés AAA (soient très très solides) par l'Etat

- de faire de gros paquets de ces produits pour qu'on ne voit plus trop de détails et d'ajouter peu à peu des obligations liées à des prêts immobiliers risqués (notés BBB, BB voire B comme "bouh, vilain!"), et de les vendre tranquillement en faisant croise que c'était solide

- de mentir sur la réalité en voyant que les prêts immobiliers étaient de plus en plus nombreux à être en défaut à cause de taux variables exhorbitants appliqués aux emprunteurs, et que ça entraînait vers le bas tous leurs produits

...

La crise de 2007 a mené les banques à leurs pertes. Mais la plupart ont été renflouées grâce aux gouvernements, et la crise a pu tranquillement faire son chemin jusqu'à l'économie réelle, c'est à dire nous.

Bref, si ça vous intéresse, y a de la lecture qui vous attend.

2 - REGARDER THE BIG SHORT (OU LE CASSE DU SIECLE)

J'ai eu peur à la vue de la bande annonce, en me disant "mince, ils ont récupéré le contexte de la crise et vont en faire un Ocean's elevent dépourvu de tout message". Mais je me suis retrouvée dans la salle parce que je me disais aussi "cool, un nouvel Ocean's eleven avec des beaux gosses!".

Mais pas du tout.

Pédagogie non abrutissante, réalisme qui ne nuit pas au cinéma, scénario qui ne nuit pas à la crédibilité de l'histoire, ironie qui marque avec des gros sabots l'engagement du film, jeu d'acteurs impeccable, réalisation stylée et en caméra embarquée, mise en scène hachée qui nous renvoie régulièrement à la réalité, dialogues qui évitent à la fois le conformisme et le pathos... c'est tout ça à la fois, The Big Short.

Et perso, me faire donner une leçon de finances par Ryan Gosling, même en tant que gros enfoiré de banquier, ça me va. Pas vous?

Et pour ceux qui préfèrent le style de Margot Robbie, c'est possible aussi!

Quand Brad Pitt, Steve Carell et Ryan Gosling t'expliquent la crise financière...

Niveau cinéma, au moins, l'année 2016 démarre très fort.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Cercles de culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article