Balzac se retournera-t-il dans sa tombe fleurie ?

Publié le 28 Octobre 2014

Ah l'actualité littéraire est à la fois riche et plutôt triste. Quand Eric Z. et Valérie T. prennent la tête des ventes, que la Ministre de la Culture avoue ne pas avoir lu de bouquins depuis deux ans et qu'elle résume un repas avec Modiano (le prix Nobel de Littérature) par la phrase "on a bien rigolé", je trouve qu'on de quoi s'inquiéter. Très sérieusement.

D'ailleurs, je n'ai jamais lu de livre de Patrick Modiano, mais la citation d'ouverture de son dernier roman Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, me semble alléchante:

« Je ne puis pas donner la réalité des faits, je n'en puis présenter que l'ombre »

Stendhal dans La Vie de Henry Brulard.

Alors renseignez-nous davantage sur ces vrais livres, au lieu de nous lamenter inutilement sur nos pantins, marionnettes et épouvantails qui occupent les écrans et têtes de gondole.

Maintenant, abordons un sujet délicat. Délicat car je n'arrive pas à me positionner franchement sur le sujet encore.

L'Académie Balzac est la première télé-réalité littéraire, qui a regroupé des candidats, éliminés au fur et à mesure, et dont le but a été d'écrire un roman collectif. Un polar plus précisément, qui s'intitule Une tombe trop bien fleurie. Initiative audacieuse ou imposture? Je pense que la réponse ne se trouvera pas dans la qualité du produit final, mais davantage dans l'esprit qui a animé cette idée.

L'AUDACE DE L'ECRITURE COLLECTIVE

Commençons par le positif, à mon sens. L'écriture collective, ou collaborative, a du bon. J'ai tenté l'expérience avec mon Corpus, mais d'autres se sont engagés dans des aventures autrement plus ambitieuses. J'en veux pour preuve le collectif L'Exquise nouvelle, qui regroupe une quarantaine d'auteurs pour 400 personnages, lancés dans un jeu assez génial: le cadavre exquis (Le but du jeu est très simple: continuer une histoire où vous ne pouvez voir que la dernière phrase).

J'imagine que l'aventure humaine a servi le projet d'écriture.

LE LIVRE COMME UN PRODUIT

Là où je suis très très très sceptique, c'est sur la forme. Rendre l'écriture populaire à travers une émission de télé-réalité? Ca peut être efficace, même si personnellement je n'adhère pas. Après, pourquoi pas?

Mais était-on obligé de pratiquer des éliminations récurrentes de candidats pour parvenir à un collectif de 10 auteurs? on tend vers un programme à la Popstar.

Etait-on obligé de faire écrire un livre en quelques semaines seulement? On est dans quel univers, celui de l'écriture en tant qu'activité épanouissante ou en tant qu'activité de production? Là, on dirait un gagnant de la Star Ac qui a un album tout prêt pour lui dès le lendemain de sa victoire.

Bref, l'intérêt d'un projet collectif apparaît noyé derrière la communication autour du buzz provoqué par les rebondissement du côté télé-réalité, et l'idée de produire une histoire en un temps record. Donc là, comme ça, je n'ai pas très envie de le lire.

Balzac se retournera-t-il dans sa tombe fleurie ?

LA TOMBE FLEURIE DE BALZAC

Mais j'aimerais avoir d'autres avis. Pour m'aider à avoir davantage de recul sur ce type de projet.

D'ailleurs, pourquoi "Balzac" comme nom pour une initiative destinée à produire un polar? On retient les écrits d'Honoré de. pour intrigues plus romantiques que sanglantes non?

Eh bah figurez-vous qu'il a écrit au moins un roman policier, intitulé Une ténébreuse affaire. Au moins, avec la littérature, on en apprend tous les jours.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Le Canard se déplume

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article