J'accuse Zemmour d'appel à la haine des femmes

Publié le 24 Février 2015

C'est possible ça? Condamner un appel à la haine de l'autre sexe?

Apparemment pas. Puisque c'est même une activité rémunératrice. Son dernier livre s'est très bien vendu, et j'ai moi-même lu un chapitre entier (6 pages de débilité profonde sur Hélène et les Garçons) pour pouvoir être convaincue de ce que je vous rapporte.

Je suis écoeurée de constater que dans une société où il est possible d'assigner en justice Dieudonné pour appel à la haine avec son "Charlie Coulibaly" ou Zemmour pour ses propos sur la délinquance et ses amalgames avec les populations noires et arabes, on ne fasse rien quand ce sont les femmes qui sont méprisées, donc la moitié de la population de la planète (je tiens à le rappeler). Le racisme et l'antisémitisme sont répréhensibles, mais pas la haine des femmes. Qu'on m'explique???

Tout le monde s'en fout. On se targue de ne pas être féministe car on ne soutient pas les Femen, le mouvement Osez le féminisme, le STRASS ou autre mouvance qui combat pour le droit des femmes.

Ce que j'écris une bonne fois pour toutes, c'est qu'on peut évidemment débattre des causes à défendre, de la manière de se mobiliser, des priorités et tout ce que vous voulez, mais le féminisme, dans sa définition la plus brute, c'est défendre l'égalité des sexes.

Autrement dit, celui ou celle qui se dit non féministe considère que les femmes sont inférieures aux hommes.

Par conséquent, je considérerai moi-même qu'il est de mon devoir de citoyenne de rabaisser plus bas que terre la personne qui se vantera de ne pas être féministe. C'est dit. Zemmour, merci de m'avoir radicalisée!

J'accuse Zemmour d'appel à la haine des femmes

IL N'EN EST PAS A SON COUP D'ESSAI...

Il a écrit dans "Le premier sexe" (Simone de Beauvoir, la pauvre...):

[Les femmes] ne créent pas, elles entretiennent. Elles n'inventent pas, elles conservent. Elles ne forcent pas, elles préservent. Elles ne transgressent pas, elles civilisent. Elles ne règnent pas, elles régentent. En se féminisant, les hommes se stérilisent, ils s'interdisent toute audace, toute innovation, toute transgression.

Puis il ose tout simplement se servir d'une sitcom infantile pour établir un diagnostic sur trois générations et asséner une vérité inaliénable selon lui:

"Regardez un seul épisode d'Hélène et les garçons, il n'y a que des filles. En 20 ans, on a basculé dans un autre monde où les garçons sont devenus des filles. On a demandé aux hommes d'être des femmes comme les autres : ne plus devenir père – ces monstres innommables de la société contemporaine –, mais une deuxième mère"

Les garçons sont transformés en bonnes copines des filles. (…) Tout est rose bonbon, mièvre, acidulé. L’objectif n’est plus : «Tu seras un homme mon fils !», mais plutôt : «Tu seras une femme, mon fils !»

Désolée, j'aurais aimé vous trouver les 6 fameuses pages qui constituent ce chapitre qui serait tordant s'il n'avait pas été écrit sérieusement. Un autre passage, quand même :

« la contractualisation du mariage de deux êtres égaux méconnait la subtilité des rapports entre les hommes et les femmes. Le besoin des hommes de dominer – au moins formellement- pour se rassurer sexuellement. Le besoin des femmes d’admirer pour se donner sans honte »

DEUX ARTICLES A LIRE, A DEFAUT DE LIRE SON LIVRE

Parmi les 9 leçons du livre d'Eric Zemmour dans un billet que je trouve bien écrit (je ne connais pas son auteur), il y a notamment ceci qui nous met en garde :

"Eric Zemmour déclare avoir «beaucoup lu» pour écrire «le Suicide français», qui ne comporte pourtant pas de bibliographie. On trouve une soixantaine de notes de bas de page renvoyant à un ouvrage, pour 518 pages d’un texte qui évoque des sujets on ne peut plus divers. Ces notes se bornent à indiquer l’éditeur, parfois l’année de parution."

Et là encore, un texte qui me remplit d'effroi, d'un auteur que je ne connais pas et qui a eu le courage de lire ce bouquin.

Il y a dans les pages du « suicide français », une misogynie affichée, une haine des féministes mais plus largement des femmes que je ne soupçonnais pas pouvoir encore exister ainsi.

Rédigé par t-as-vu-ma-plume

Publié dans #Je prends ma plume..., #Exutoire

Repost 0
Commenter cet article

zezelefacho 10/02/2017 20:36

Ce zemmour fait penser à un pauvre type essayant d’imiter les propagandistes du nazisme et du franquisme.On trouve ses modèles de pensée chez les idéologues des années 1930 (Déat,Drieu la Rochelle,Brazillach par exemple)fascinés par des dictatures meurtrières seules à même,selon eux,de régler différents problèmes.Ce n’est pas seulement pitoyable et misérable.Ces gens que zemmour & consorts admirent sont entrés dans l’histoire en tant qu’apologistes du crime de masse.